• Accueil
  • > Activité de l'Association
( 22 février, 2011 )

Reunion Fatao n°190211dibida

COMPTE RENDU DE LA REUNION DES  FATAOUNKES  DE BAMAKO 

L’an deux mille onze  et le 19 février s’est  tenue au jardin d’enfants du marché DIBIDA de Bamako la réunion des ressortissants de Fatao  résidant à Bamako.

Ordre du jour :

·         Compte rendu de la médiation effectuée à Fatao par les Mountankés[1]  lors du conflit entre les DABO et les TRAORE

·         Remerciement des Fataounkés[2] de Bamako à l’endroit des  Mountankés de Bamako

·         Situation de la caisse financière de l’association détenue par les ampliateurs  des trois secteurs du village à savoir garicounda[3], niakatera[4], et dieouracanou[5]

Photo de la reunion 

La réunion a débuté par la fatouha  prononcée par le marabout Balla GARY  à 14 heures  17 enchainée par les bénédictions du Doyen El hadj Cheickné KONTE dit DIARRA.

En abordant le premier point de l’ordre du jour, le Doyen El hadj Cheickné KONTE dit Diarra a rappelé les conditions historiques  de l’amitié entre les villages de Fatao et de Mounta Soninké qui ont uni leur destin pour former la commune urbaine. Le lamido c’est-à-dire le fils d’Elhadj Oumar TALL par son statut de leader religieux n’avait pas besoin de titre de chefferie de canton, a préféré  l’échanger contre une mesure d’or  appelée  « Sekou moude[6] ».  Mounta Soninké est le seul des 33 villages du Kaarta   qui a réussi  à constituer  cette mesure  d’or et sa conduite à Nioro du Sahel chez le Lamido  a été faite en  compagnie du village de Fatao. Depuis lors Mounta  Soninké n’avait en partage avec qui que  ce soit cette chefferie de canton du Kaarta. Cette situation a changé de nos jours et la chefferie de canton est  attribuée au village du  plus âgé du Kaarta.

En tant que ami et disposant du titre de chefferie de canton du Kaarta Mounta Soninké est intervenu à plusieurs reprises dans la médiation des conflits entre individus, familles, secteurs villageois et quartiers de Fatao. Au mois de janvier 2011 tout près Mounta Soninké vient de démontrer une fois plus à l’intérieur de Fatao ses talents de médiateurs dans la résolution du conflit opposant les Dabo et les Traoré, conflit qui allait s’étendre à tout le quartier. C’est à l’issu de cet heureux événement que le doyen des ressortissants de Fatao à Bamako a convoqué une réunion au marché DIBIDA pour remercier les Mountankés de Bamako. Comme à l’accoutumé parole a été donnée  à l’assistance pour saluer le travail abattu.

Daman COULIBALY, Golé Baba TRAORE, Wassa Moussa NIAKATE et Bobo NIAKATE  sont les premiers intervenants à saluer les Mountankés  pour avoir éteint le feu à Paris à Bamako et Fatao.

 Pour Cheickné  DABO ce travail abattu par les Mountankés a effacé toutes inquiétudes chez lui. La fin d’un conflit est toujours salutaire. Que Dieu nous préserve des actions sataniques.

Mr Souleymane GARY est également intervenu pour saluer le travail inestimable des Mountankés.

Pour clôturer ce point Tountou et Wally SISSOKO de Mounta ont répondu aux différentes paroles aimables à leur endroit. Ils ont remercié l’assistance et toute la commune de Fatao  pour la considération à leur égard. Si nous n’avions pas fait cela, nous aurions failli à notre devoir.

Le point de l’ordre du jour portait sur la situation financière de l’Association où la gestion calamiteuse des fonds en provenance de la France. Les gérant de ces fonds  n’étaient autres que Cheickné DIARRA, Wassa Moussa Niakaté, Souleymane GARY et Cheickné Dabo.

L’argent reçu des ressortissants en France était perçu et enregistré dans le cahier d’ ElHadj Cheickné Konté dit DIARRA, et les dépenses étaient  enregistrées dans deux autres cahiers détenus par Souleymane GARY de Garicounda et Cheickné DABO de Diéouracanou. Le Doyen Elhadj Cheickné Konté a ordonné à son fils d’aller enregistrer dans le cahier de Cheickné DABO des dépenses secrètes non justifiées. Une protestation vigoureuse de Cheickné  DABO ne se fait pas attendre et l’assistance devrait se prononcer à ce sujet.

Pour une fois ce comportement du Doyen a été sévèrement critiqué par presque toute l’assistance, critique qui lui a fait couler des larmes.



[1] Mountanké – en soninké un habitant de Mountan.

[2] Fataounké – habitant de Fatao

[3] Garicounda – le secteur des gary

[4] Niakatera – le secteur des niakatés

[5] Dieouracanou – le secteur des maisons de diéoura

[6] Un moudé – est une unité de mesure de céréale qui équivaut à 4 kilogrammes

|